Vallée de l’Eure : une rivière, des territoires (Projet collectif de recherche). Rapport intermédiaire 2023 - Laboratoire Médiations : Sciences des lieux, sciences des liens Access content directly
Reports Year : 2024

Vallée de l’Eure : une rivière, des territoires (Projet collectif de recherche). Rapport intermédiaire 2023

Abstract

The "Eure Valley: one river, many territories" programme focuses on the Eure catchment area, a sub-basin of the Sequanian system, which is still relatively unexplored in terms of archaeology, geoarchaeology and history. It follows on from the major programmes launched in the 1990s on the study of settlement dynamics and the spatial organisation of territories, which are constantly expanding to develop issues around the role of societies in the transmission and change of spatial forms. As such, it incorporates studies into the evolution of landscape morphology and the formation of cultural groups, in an attempt to gain a better understanding of the socio-environmental dynamics generated over time by the interactions between man and his environment, and between the cultural and natural sub-systems. The project is the result of a reflection on the real documentary capacities of a given corpus in terms of the evolutionary reconstitution of landscapes, both natural and man-made, and on the means to be implemented in terms of efficiency and relevance to overcome the discontinuity and fragmentation of the data, across all periods and disciplines. By deliberately placing itself in a context of scarce material documentation, the project opens the way to an exploratory and forward-looking approach, both scientifically and technologically. In addition to enriching the corpus - which, all things considered, is meagre - of archaeological deposits and sites identified in the area, it aims to reconstruct the ways in which territories and natural, cultural and social heritages were constructed over time, with an emphasis on cross-chronological dialogue and interdisciplinarity. It is also setting up an original Web-GIS platform, the aim of which is not only to centralise the collection of multidisciplinary data so that it can be cross-referenced, but also, both upstream and downstream, to assist reflection and decision-making in the field in terms of knowledge, conservation and a fortiori planning and risk management of our historical and natural environment, past, present and future. The work carried out as part of the first three-year period of the RCP (2019-2022) sought to combine different survey methods, from a traditional geoarchaeological and multi-scalar perspective, in order to document new geomorphological, archaeological and historical markers of the middle Eure valley on a local scale and to date them. These new data have enabled us to gain a better understanding of the context in which human settlements were established at different times along the river: precarious Neolithic settlements and a Roman-era sanctuary at Garennes-sur-Eure, and a series of enclosures of undetermined type and date at Saussay/Croth. The generation of logs and dates was supplemented by samples taken further north and by the reconstruction of socio-environmental trajectories in two right bank sub-catchments. This cross-disciplinary approach, combining geomorphology and archaeology, has provided an initial picture of the environmental dynamics of the Eure in its valley floor, in relation to the major phases in the anthropisation of its catchment area since the Neolithic period. This initial image needed to be completed and consolidated by an approach to the rhythm of erosive dynamics and the quantification of sediment redistribution during the Holocene in secondary catchment areas. At the same time, cartographic processing using altimetric data supplied by the IGN (RGE Alti® 5 m and 1 m), with the aim of identifying probable microtopographic signals of landscape change due to human development and abandonment, was supplemented by close-up Infra-Red False Colour (IRFC) images from the IGN. All of this was vectorised, enabling the initial mapping of archaeological, historical and geomorphological markers to be refined, completed and even corrected. This image was also enhanced by processing the new LiDAR HD® surveys made available by the IGN, which were used to cover wooded areas in particular, revealing hitherto unknown microtopographic signals. In addition, and in line with the archaeological survey operations (ground, aerial and airborne using drones), as well as with the 'geoarchaeosite' inventory approach initiated in 2020, a methodological and exploratory study was carried out in terms of modelling landscape shapes and the dynamics of human settlement. Given both the corpus of archaeological sites available and the general topography of the study area, it would appear to be of little relevance to attempt to understand the organisation and evolution of settlement in the study area by means of a network based on the hierarchisation or categorisation of settlements. On the other hand, the evolution of territories should be seen through the development of communication networks that organise the landscape, in terms of its disruption or, on the contrary, its durability. Finally, as a result of the discussions held throughout 2023, the project team agreed that the current structure of the collaborative platform's database did not address the problems of describing the combined archaeological and landscape dynamics in the study area. These obstacles are due in particular to the origin of the data currently present, which is modelled on the structure of the databases of the territorial archaeology services, onto which the data acquired in geomorphology has been grafted, all superimposed on the base maps of the IGN. Discussions led to the creation of a new database structure that would make it possible to include observations made as part of the RCP in both the archaeological and geoscientific fields. This structure is currently being tested.
Le PCR « Vallée de l’Eure : une rivière, des territoires » s’intéresse au bassin versant de l’Eure, sous bassin du système séquanien, encore assez peu étudié sur le plan archéologique, géoarchéologique et historique. Il se place dans la continuité des grands programmes lancés à partir des années 1990 sur l’étude des dynamiques de peuplement et de l’organisation spatiale des territoires, qui ne cessent de se multiplier pour développer des problématiques autour du rôle des sociétés dans les phénomènes de transmission et de changement des formes spatiales. Il intègre à ce titre au sein de ses réflexions aussi bien des études sur l’évolution de la morphologie des paysages que sur la formation des groupes culturels, pour tenter de mieux comprendre les dynamiques socio-environnementales qu’engendrent au cours du temps les interactions entre l’homme et son milieu, entre les sous-systèmes culturel et naturel. Le projet résulte d’une réflexion sur les réelles capacités documentaires d’un corpus donné en matière de reconstitution évolutive des paysages aussi bien naturels qu’anthropiques et sur les moyens à mettre en œuvre en termes d’efficacité et de pertinence pour pallier la discontinuité et le fractionnement de la donnée, toutes périodes et disciplines confondues. En s’inscrivant volontairement dans un contexte de faible documentation matérielle, le projet ouvre sur une approche exploratoire et prospective, aussi bien sur le plan scientifique que technologique. Au-delà de l’enrichissement du corpus – somme toute maigre – de gisements archéologiques et de sites identifiés sur le secteur, il vise à restituer les modalités de la construction des territoires et des patrimoines naturels, culturels et sociaux sur le temps long, en privilégiant le dialogue transchronologique et l’interdisciplinarité. Il met également en place une plateforme Web-SIG originale, dont l’objectif est non seulement de centraliser la collecte des données pluridisciplinaires de manière à pouvoir les croiser, mais aussi, en amont comme en aval, à aider à la réflexion et à la décision sur le terrain en matière de connaissance, de conservation et a fortiori d’aménagement et de gestion des risques de notre environnement historique et naturel, passé, actuel et futur. Les actions menées dans le cadre de la première triennale du PCR (2019-2022) s’étaient attachées à combiner, dans une perspective géoarchéologique et multi-scalaire traditionnelle, différentes méthodes de prospections de manière à documenter à l’échelle locale et à dater de nouveaux marqueurs géomorphologiques, archéologiques et historiques de la moyenne vallée de l’Eure. Ces données inédites ont permis de mieux comprendre le contexte d’implantation des installations humaines aux différentes époques au bord du cours d’eau : installations précaires du Néolithique et sanctuaire d’époque romaine au niveau de Garennes-sur-Eure, série d’enclos de types et dates indéterminés au niveau de Saussay/Croth. La génération de logs et de datations a été complétée par des prélèvements effectués plus au nord ainsi que par la reconstitution des trajectoires socio-environnementales au niveau de deux sous-bassins versants en rive droite. Le croisement des regards disciplinaires, entre la géomorphologie et l’archéologie, a fourni ainsi une première image des dynamiques environnementales de l’Eure dans son fond de vallée en lien avec les grandes phases de l’anthropisation de son bassin-versant depuis le Néolithique. Cette première image nécessitait d’être complétée et consolidée par une approche de la rythmicité des dynamiques érosives et la quantification de la redistribution des sédiments au cours de l’Holocène dans des bassins versants secondaires. En parallèle, les traitements cartographiques effectués à partir des données altimétriques fournies par l’IGN (RGE Alti® 5 m et 1 m), avec pour objectif de repérer de probables signaux microtopographiques de l’évolution des paysages due aux aménagements anthropiques et à leur abandon, ont été complétés par les images proches Infra-Rouge Fausses Couleurs (IRFC) de l’IGN. L’ensemble a été vectorisé, permettant d’affiner, de compléter, voire de corriger la première cartographie des marqueurs archéologiques, historiques et géomorphologiques disponibles. Cette image a été enrichie en outre par le traitement des nouveaux levés LiDAR HD® mis à disposition par l’IGN, qui ont permis d’investir notamment les milieux boisés et ainsi de révéler des signaux microtopographiques jusque-là inédits. Par ailleurs, et en résonnance avec les opérations de prospections archéologiques (au sol, aériennes et aéroportées sous drone), ainsi qu’avec la démarche d’inventaire des « géoarchéosites » initiée en 2020, une réflexion méthodologique et exploratoire a été menée en termes de modélisation des formes du paysage et des dynamiques d’implantation humaine. Compte tenu à la fois du corpus de sites archéologiques disponible et de la topographie générale du secteur d’étude, il apparaît peu pertinent de tenter de comprendre l’organisation et l’évolution du peuplement sur la fenêtre d’étude par une mise en réseau appuyée sur la hiérarchisation ou la catégorisation des implantations. En revanche, l’évolution des territoires doit pouvoir se lire à travers le développement des réseaux de communications qui organisent le paysage, dans ses perturbations ou au contraire dans sa pérennité. Enfin, dans la suite des réflexions menées tout au long de l’année 2023, l’équipe projet a convenu que la structure actuelle de la base de données de la plateforme collaborative ne répondait pas aux problématiques de descriptions des dynamiques archéologiques et paysagères combinées sur le territoire d’étude. Ces obstacles tiennent notamment à l’origine des données actuellement présentes, calquées sur la structuration des bases de données des services territoriaux de l’archéologie sur laquelle sont venues se greffer les données acquises en géomorphologie, le tout se surimposant sur les fonds de documents cartographiques de l’IGN. Les discussions ont permis de dégager une nouvelle structure de la base de données permettant d’inclure les observations menées dans le cadre du PCR sur les deux pans disciplinaires engagés : côté archéologique et côté géosciences. Cette structure est actuellement en phase de test.
Fichier principal
Vignette du fichier
Rapport_PCRValEuRT_2023_HAL.pdf (77.6 Mo) Télécharger le fichier
Origin Files produced by the author(s)
licence

Dates and versions

halshs-04490968 , version 1 (05-03-2024)

Licence

Identifiers

  • HAL Id : halshs-04490968 , version 1

Cite

Fabienne Dugast, Francois Betard, Caroline Font, Gael Léon, Théophile Piau, et al.. Vallée de l’Eure : une rivière, des territoires (Projet collectif de recherche). Rapport intermédiaire 2023. Orient & Méditerranée. 2024. ⟨halshs-04490968⟩
71 View
4 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More