Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Article dans une revue

Ce que le langage nous fait penser

Résumé : Quelle est l'influence du langage sur notre façon de penser ? Les réponses qu'apportent John A. Lucy constituent une troisième voie et se démarquent du débat qui oppose la posture universaliste des nativistes et le relativisme des empiristes. La question de la relativité linguistique a cessé de constituer un champ de bataille (où les opinions contradictoires étaient souvent basées sur une approche naïve des langues rares ou exotiques). Elle représente désormais un véritable creuset pour la recherche, rassemblant des chercheurs issus de disciplines variées : linguistes, mais aussi anthropologues, psycholinguistes, psychologues, neurologues. Le symposium de 1991, qui s'est donné pour tâche de Repenser la relativité linguistique (intitulé du symposium et titre de l'ouvrage collectif qui en est issu, édité par le sociolinguiste John J. Gumperz et l'anthropolinguiste Stephen C. Levinson en 1996), a été un tournant. Les auteurs ont alors défini la relativité linguistique comme « l'idée que la culture affecte, dans et par la langue, notre façon de penser, et tout particulièrement peut-être notre classification du monde dans lequel nous vivons. » (Gumperz & Levinson, 1996:1). Cette définition très générale ne permet pas de rendre compte de la diversité des conceptions illustrées dans le volume de 1996, et qui toutes méritent qu'on s'y arrête. C'est cependant la contribution du professeur John A. Lucy qui a retenu notre attention car elle rassemble des données expérimentales variées et d'une grande richesse, tout en s'interrogeant sur l'impact de définitions et de méthodes de travail divergentes : Lucy dessine ainsi le point de vue le plus complet et le plus original qu'il nous ait été donné de lire sur la question. Il nous semble par conséquent crucial de connaître ses idées pour comprendre les approches contemporaines de la relativité linguistique. La relativité linguistique La relativité linguistique correspond à l'idée que la langue que nous parlons influence notre façon de penser, ou plus précisément : « L'hypothèse de la relativité linguistique, c'est-à-dire la proposition selon laquelle la langue que nous parlons influence notre façon de concevoir la réalité, fait partie de la question plus large de savoir comment le langage influence la pensée » (John, A. Lucy 1997a:291).
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01131432
Contributeur : Caroline Rossi Connectez-vous pour contacter le contributeur
Soumis le : vendredi 13 mars 2015 - 15:26:36
Dernière modification le : mercredi 3 février 2021 - 15:56:02

Identifiants

  • HAL Id : halshs-01131432, version 1

Collections

Citation

Caroline Rossi. Ce que le langage nous fait penser. La vie des idées, La Vie des Idées, 2012, http://www.laviedesidees.fr/Ce-que-le-langage-nous-fait-penser.html. ⟨halshs-01131432⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

472