Le retour de l’habitat vertical et les politiques TOD (Transit Oriented Development) dans les villes françaises : vers une intensification urbaine socialement sélective ? - Environnement, Ville et Société Access content directly
Journal Articles Espace Populations Sociétés Year : 2019

The high-rise residential boom and Transit Oriented Development in french cities : towards a socially selective urban intensification ?

Le retour de l’habitat vertical et les politiques TOD (Transit Oriented Development) dans les villes françaises : vers une intensification urbaine socialement sélective ?

Abstract

Cet article explore le retour des tours résidentielles dans les villes françaises (97 unités recensées début 2018). Plus nombreuses et paradoxalement moins analysées que les tours de bureaux, les tours résidentielles investissent les espaces cibles de la régénération urbaine, qu'elles signalent en acte (M.Appert, 2016). L'habitat vertical, après avoir été souvent associé à la relégation sociale des grands ensembles, semble aujourd'hui reconsidéré dans les politiques dites Transit Oriented comme c'est déjà le cas au Royaume-Uni (Appert, 2016). Les politiques TOD, incarnations de l'urbanisme de la ville compacte (Bentayou et al, 2015), visent à coordonner le développement des réseaux de transports collectifs à l'urbanisation dans la perspective de réduire le nombre et la longueur des déplacements motorisés. Elles se traduisent par une densification et une mixité fonctionnelle de sites le plus souvent anciennement urbanisés, à proximité de noeuds de réseaux. Mais cette réurbanisation est aussi porteuse d'une transformation profonde de la population résidente. Les logements proposés semblent peu accessibles aux catégories les moins aisées comme l'attestent les recherches sur les incidences socio-démographiques des politiques TOD (Dubois et Van Criekingen, 2006, Jones et Ley, 2016). Dans ce papier, nous montrons dans un premier temps que les nouvelles tours résidentielles en France, contrairement aux tours de logement social construites dans les années 1960-70 et qui restent stigmatisées (Gilbert, 2012), s'inscrivent cette fois dans les espaces péricentraux des grandes agglomérations françaises, à proximité des noeuds de transport collectif. Nous montrons ensuite que ces projets résidentiels sont justifiés par leurs porteurs et validés par les pouvoirs publics en regard des politiques dites TOD. Nous montrons enfin que ces localisations attractives profitent aux ménages aisés et de petite taille. Le travail de recherche repose sur la valorisation statistique et cartographique d'une base de données des projets de tours résidentielles en France pour la période 2015-2020, et sur la conduite d'une dizaine d'entretiens menés auprès des promoteurs, chargés de mission habitat, évaluateurs immobiliers pour 7 projets lyonnais. Tout en contribuant aux recherches sur les espaces d'habitation contemporains, cet article introduit le phénomène peu renseigné de verticalisation résidentielle en France dans le contexte de la ville durable.
Fichier principal
Vignette du fichier
Tours et TOD_EPSO_GM_MA_HM_VF.pdf (2.06 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
licence : CC BY NC ND - Attribution - NonCommercial - NoDerivatives

Dates and versions

hal-04393510 , version 1 (19-02-2024)

Licence

Attribution - NonCommercial - NoDerivatives

Identifiers

Cite

Geoffrey Mollé, Manuel Appert, Hélène Mathian. Le retour de l’habitat vertical et les politiques TOD (Transit Oriented Development) dans les villes françaises : vers une intensification urbaine socialement sélective ?. Espace Populations Sociétés, 2019, ⟨10.4000/eps.9256⟩. ⟨hal-04393510⟩
3 View
4 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More